Mesdames et Messieurs, le cirque, votre cirque, est prêt à présenter son spectacle. Une représentation unique, qui éblouira le public. Mais vous n’êtes pas seul et la course aux étoiles n’est pas exempte de coups bas. Vous devrez en quelques minutes prouver que seul votre spectacle vaut la peine et que vos adversaires ne sont bons à rien, quitte à saboter, saccager, voir même davantage…

Dans Ringmaster, c’est vous qui décidez des conditions de victoire. Et celles-ci pourront changer au cours de la partie. Vous devrez poser trois pistes de cirque, avoir trois spectacles dans votre zone de jeu, ou bien avoir lors de votre tour cinq attractions ou plus. Mais cela ne se fera pas sans peine.

Chacune de ces attractions comporte une condition de victoire.

Les cartes sont de quatre types : Attraction, Évènement, Spectacle et Vedette. Chacune est présente en un seul exemplaire à l’exception de certaines attractions. Et vous pourrez les jouer soit dans votre zone de jeu, soit dans celle d’un de vos adversaires.

Commencez par distribuer trois cartes à chaque joueur. Un tour est composé de trois phases. La première, obligatoire, consiste à piocher une carte dans la pioche centrale. La deuxième, facultative, est de poser une carte. La troisième est obligatoire et vous forcera à vous défausser afin de ne pas avoir plus de six cartes en main.

Quand vous jouez une carte, s’il s’agit d’une vedette ou d’un spectacle, vous pourrez les jouer chez vos adversaires. Les attractions ne se jouent que dans votre zone de jeu. Les évènements sont résolus lors de la pose. Toutes les cartes, ou presque, ont un effet indiqué en bas de celle-ci. Il n’y a pas d’ambiguïté et les quelques cartes qui pourraient prêter à confusion trouvent une explication à la fin du livret de règles. Dès qu’un joueur remplit au moins une condition de victoire, il remporte la partie.

Deux stratégies, mais ce n’est que le début.

Qu’en avons-nous pensé ?

Ringmaster est un jeu nerveux, rapide, mais aussi perfide. Il n’est à mon avis pas recommandé d’y jouer avec des joueurs qui n’aiment pas qu’on s’en prenne à eux ou qui grognent dans la défaite.

Nous y jouons principalement avant un jeu plus consistant, pour nous mettre en jambe et pour justifier une vengeance bien méritée. Je l’emmène au travail où il sait parfaitement trouver sa place pendant la pause déjeuner. Jouable de deux à quatre, il est recommandé à partir de 10 ans. Il est jouable avant mais attention que les renardeaux acceptent la défaite sinon ils pourraient être quelque peu amères. Il est très bien à deux, et devient encore plus chaotique à quatre, ce qui en l’occurence colle parfaitement au thème. Nous aimons bien Ringmaster et nous y rejouerons avec plaisir entre deux jeux, à l’apéro, en vacances.

Quel cirque n’a pas son Monsieur Loyal ?

L’aspect « vieilles affiches » des grandes cartes est très sympa. Les dessins sont un peu sombres, ce qui convient à ce monde magique qu’est le cirque, et le format tarot les met bien en valeur.

Ringmaster est un jeu de Justin Gary, illustré par Rod Mendez, et édité par Iello.

Si vous voulez nous soutenir, vous pouvez passer par ce lien pour faire vos achats sur Philibertnet.com et ainsi soutenir la rédaction d’articles sur Renards et Compagnie.

https://www.philibertnet.com/fr/#ae564

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s