Combien d’animaux sauverez-vous avant que le gardien ne vous empêche de les aider à s’évader ? Puis qui arrivera le premier sur le podium au volant de son kart ? Oui, ce sont bien deux jeux qui vous attendent dans la boîte de Zoo Run. Les deux reposent sur la même mécanique et pourtant nous avons le droit à deux plaisirs bien différents. 

Au tout départ, je pensais que le jeu serait vraiment très enfantin, et ne serait pas passionnant pour les parents. Et bien on s’est beaucoup amusé ! Déjà parce que renardeau nº3 était tout fou et riait aux éclats, et deuxièmement parce que la mécanique est très efficace.

La mise en place du premier est très simple. On place le plateau avec l’enclos face visible, on y place autant de jetons animaux que nous le demande le livret de règles. Ce nombre varie en fonction du nombre de joueurs. Puis on construit le chemin entre la maison du gardien et l’enclos en y plaçant de la même façon un nombre de cases chemin qui dépend du nombre de joueurs.

La mise en place est rapide. Ici une mise en place pour trois joueurs.

Ça y est, la partie est prête à commencer ! Vous voyez, c’est très rapide et très simple. Les enfants pourront vite être totalement autonomes sur ce jeu. 

Puis on donne à chaque joueur trois cartes. Le but est de placer ces trois cartes côte à côte, afin de former le plus d’animaux complets possible. Sur la partie droite des cartes on a des têtes d’animaux, entre une et trois, et sur la gauche on a les corps des animaux, là aussi entre un et trois représentés.

Notre renardeau forme ici un lynx !

Il n’y a pas de course, le but est de sauver tout ensemble le plus d’animaux possibles avant que le gardien n’atteigne l’enclos. 

Pour chaque animal ainsi reconstitué, on déplace un animal de l’enclos vers la boîte. Dès que le gardien atteint l’enclos, la partie s’arrête et on se réfère au livret pour voir si nous avons été bons ou très bons. 

Déjà quatre pandas, deux éléphants et un lynx sauvés. Vite, vite !

Simple, rapide, efficace ! Renardeau nº3 rie à chaque fois, et est très enthousiaste à l’idée de sauver le plus de lama et lynx possible avant l’arrivée de ce gardien de ce drôle de zoo. 

Les deux plus grands apprécient cette course contre la montre et pour une fois pas l’un contre l’autre. Un petit jeu très sympa à sortir avant ou après un jeu plus long. 

En tout cas, il sera dans nos bagages cet été. 

Et on peut alors retourner le plateau et se lancer dans une course de kart entre les animaux précédemment sauvés !

Ici, chaque joueur aura quatre cartes à assembler pour reformer le plus d’animaux possible. Mais cette fois, attention, il ne s’agit plus de coopérer les uns avec les autres, mais bien d’arriver le premier dans la boîte qui marque la ligne d’arrivée.

La mise en place est aussi courte. On regrettera juste que les cases soient si petites pour placer nos pions.

Chaque joueur aura sélectionné auparavant son animal favori.

Imaginons que j’ai choisi le panda. Si grâce à ma combinaison de cartes je forme un éléphant, un lama, et un panda, j’avancerais d’une case pour l’éléphant, une case pour le lama, et deux cases pour le panda ! Eh bien oui, on avance de deux cases si on a formé l’animal qui est sur notre carte. Et en plus de ça on récupérera une couronne !

Deux tortues et un éléphant. Si cette combinaison appartient au joueur avec la tortue, il avancera de cinq cases. Deux par tortue et une pour l’éléphant. Et il récupérera deux couronnes.

À la fin de la partie, le premier joueur à franchir la ligne d’arrivée gagne.

Si plusieurs joueurs y arrivent simultanément, l’égalité est départagée par le nombre de couronnes en sa possession.

Rien n’est joué ! Mais le panda mène un peu.

Là encore un jeu efficace, rapide, on peut donc en refaire plusieurs parties à la suite.

La parole est aux renardeaux :

« Encore ! »

Renardeau nº1 n’aime pas beaucoup perdre. On enchaîne donc généralement autant de parties que nécessaire pour qu’elle en gagne au moins une. 

« Alors, je fais, un, deux, trois… quatre animaux ! »

Renardeau nº2 est très bon pour optimiser le placement de ses cartes et faire toujours le plus d’animaux possible. 

« J’ai fait un chat, j’ai fait un chat ! »

Renardeau nº3, quant à lui, a son kart fétiche, il joue toujours le lynx. Dans un grand élan de générosité, il vous le laissera parfois, et ne manquera pas de vous le rappeler.

Il aime ce jeu notre renardeau n°3 !

Pour nous, cette petite boîte au prix tout doux est un vrai hit. Les dessins sont très mignons et ne seront pas sans vous rappeler un célèbre dessin animé anthropomorphique.

Nous vous recommandons vivement ce Zoo Run !

Nous espérons que cette explication vous aura plu et convaincu, nous, nous repartons sauver des animaux..

Zoo Run est un jeu de Florian Sirieix, illustré par Davide Tosello et édité par Loki, la maison d’édition de jeux pour enfant de l’éditeur Iello.

Bon jeu !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s